Blog Feed

Non. Je ne serai pas ce que tu crois.

« ANECDOTE.s » : Un jour je marchais dans la rue et un mec en voiture s’est arrêté pour me demander d’aller me coiffer, je crois que mon afro ne lui plaisait pas/ un jour je marchais dans la rue et des gens se sont demandés si j’étais une fille ou un garçon/ Un jour j’ai porté un short et on m’a dit que je n’étais pas respectable/ Plusieurs fois, on a pensé que je n’étais pas assez intelligente ou compétente parce que j’étais une femme/ Un jour on m’a hurlé dans la rue que j’avais le cancer alors que je portais mon foulard en wax préféré/ Des jours comme ça il y en a eu beaucoup, beaucoup trop. 

Je sais que je ne suis pas seule et j’ai l’espoir que cet article en ce jour si spécial saura t’animer. 
Je sais que je ne suis pas seule face à la remise en question de mon humanité parce que j’ai un pubis. 
Je sais que je ne suis pas seule face à la remise en question de mon identité culturelle parce que j’ai osé exprimer qui j’étais réellement. 
Je sais que je ne suis pas seule face aux nombreuses agressions sexuelles et viols que beaucoup ont connu sur cette île. 
Je sais que je ne suis pas seule à trouver la force et le courage d’écrire aujourd’hui ! 

C’est un jour de célébration de nombreux accomplissements des femmes à travers le monde et de la femme dans son humanité ! 

Sauf que dans la rue que j’arpente chaque jour, je sais que nous sommes encore bien nombreuses à ne pas vivre notre vérité. Et elles sont nombreuses ! Certaines sont plus fantasques que d’autres, et alors !

Je sais que je ne suis pas seule à avoir rêvé de voyager et apprendre plusieurs langues.
Je sais que je ne suis pas seule à avoir envie de vivre une vie passionnante et riche.
Je sais que je ne suis pas seule à avoir envie d’offrir la totalité de mon être à la vie. 
Je sais que je ne suis pas seule à faire face à mes doutes les plus profonds et dire encore « oui, je vais essayer » 
Je sais que je ne suis pas seule à imaginer un monde meilleur pour nous et que nous avons la responsabilité de le construire chaque jour. 

Je sais et j’ai aussi conscience que ce n’est pas chose facile surtout lorsque l’on vit dans des espaces où le conformisme est à la mode. Je n’appelle pas à se différencier, mais à oser vivre pleinement ce que l’on est, montrer ce truc bizarre qui gêne autant et qui fera que tu seras unique et apportera ta pierre à la grande photo de l’histoire des femmes. 

Pour t’aider, souviens-toi des femmes de ta vie, accroche-toi à celle que tu admires, car elles ont ouvert un chemin bien plus grand que celui qu’elles avaient à leur époque uniquement pour toi. 

Respire. Tout va bien se passer. Tu as ta partition à jouer et joue-là avec toute la force et l’amour dont tu possèdes ! 

Alors, si tu es mahoraise, je t’en prie porte-moi cet afro like a queen si c’est ainsi que tu te sens toi ! Si c’est en Salouva que tu exprimes la meilleure partie de toi-même, vas-y ! Au passage, n’oublie surtout pas qui tu es. N’oublie pas d’être solidaire avec tes consoeurs, vous serez plus puissantes à plusieurs, elles en auront besoin et toi aussi dans les moments d’obscurité ! 

Je souhaite aux femmes de mon île et à travers le monde entier une belle journée internationale de la femme ! 

WITH LOVE 

D.H 

When self-love changes your life !

ARTICLE EN FRANÇAIS/ARTICLE IN FRENCH

How many of us have had a very low opinion of ourselves and believed we were not enough to accomplish certain things. How many of us believed we were not thin enough to wear a bikini and enjoy a beautiful day at the beach ? Way too much ! I was even one of these people !

To dare is sometimes a survival act but it can also represent an act of love we bring to ourself. It is an act, a decision we make to experience this love that we lack way too often. And you know what ? You can give it to yourself, it is not forbidden !

What is self-love and how did I find out about it ?

Self-love means to love one self. I love definitions but I am woman who likes to keep it real, so I have experienced it myself.

So, I would hear about self-love in a theoretical way, but in practice, what the heck was this all about ?

Well, I started to experience self-love one day at the beach, I was completely at peace with my whole self: my body, my soul and my spirit. That’s where the journey began.

According to your cultural background, it can be more or less challenging to assume positive or negative aspects of our personalities. For example, I am an extraverted person, very curious and I can DIE for new experiences ! Yet, there is a situation ! I am a lady and in my culture (Madagascar and Mayotte), ladies are not supposed or expected to have such traits.

Problematic right ?! I know. So, what do you do in such situations ?

Well stop hiding ! It will take too much energy out of you to act like someone you are not. At least, I believe it is very suffocating to me. This is why I decided to travel, it was the beginning of liberation and a path of acceptation has started.

Alright DJEMS, you still haven’t told us how it works in real life ?

Based on my experience and you will make yours as well. You juste have to be yourself but in a world that does not praise or teach you that, how do you do ?

Well, you will have to learn to do something very important: listen to yourself without judging. 5 years ago, If I would have judged my own voice which was telling me to stop eating meat and live on my own terms, I would have never been able to listen to this article.

It has been a work of confidence in oneself and find strength not to listen to other people’s voices. The reality is that our surroundings will always talk to us from a space of imagination or what should be. And it is completely normal, since we have never shown who we truly are because we wanted to be loved or liked.

Yet, the love will never be real if it does not come from within, from you. Especially if you are looking to create honest and sincere relationships with others. Be careful though, sincerity and honesty implies that some people will not agree with who you are on a completely irrational basis. Be ready for that too !

Tips on your self-love journey

There is no magic recipe, it is a journey and it lasts during your whole life. However, you will have to listen to your real needs along the way and not what other people expect from you, trust me there can be many demands !

You can start by doing this:

  • Everyday, learn to appreciate something you did for someone or something you have accomplished. You can also be grateful for the day
  • Practice as much meditation as you can. Be careful, meditation is not always someone sitting on couch that looks peaceful, it can be anything that brings you in the present moment. It can be a walk in the forest, dancing, drawing or anything. It’s totally up to you !
  • Practice the art of touch. To love implies to also feel good in your body. It is not a matter of weight but rather a feeling. Feel free to receive a hug from a person you love (animals as well), a massage or self-massage is welcomed or you can give one ! 🙂
  • Eat food that fits you ! Yes, it matters. I am not saying that everybody has to become vegetarian, but stay in tune with what your body needs. Sometimes I feel like eating a very fresh salad and it is usually because I haven’t had fresh food in a long time ! What a surprise ! 🙂 What I mean is that do not pressure yourself, be more connected to your body needs, even chocolate 🙂
  • Surround yourself with people who truly love you for who you are and will see the benefit of having you around them !
  • This one is the most important, take time to appreciate yourself. Look at yourself and cherish your hair, your eyes, you stretch marks and any other body parts you do not always show. Express a profound appreciation for your body. You only have one and it is perfect to help you accomplish the best things for you !

The last word

I really hope this article will help you love yourself more each day, I know it can be challenging at times to hear the negative voice inside your head, please remember that they do not belong to you and they are not yours. They usually are the result of other people’s belief about you or from past experiences. Today and tomorrow are opportunities to change and to start celebrating yourself NOW !

WITH LOVE ❤

D.H

ARTICLE EN FRANÇAIS/ARTICLE IN FRENCH

Quand le « self-love » change ta vie !

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

Combien d’entre nous n’ont jamais pensé que nous étions nul.lle, que nous n’étions pas assez bien pour faire certaines choses, que nous étions pas assez mince pour être en maillot de bain et apprécier le plaisir d’être à la plage ? Beaucoup trop à mon goût ! Et j’étais de ces personnes !

Oser, c’est parfois un acte de survie, mais il peut également être une marque d’amour que l’on s’apporte à soi-même. Il s’agit d’un acte, d’une décision que l’on pose pour vivre cet amour qui nous manque parfois. Et tu sais quoi ? tu peux te le donner ! Ce n’est pas interdit !

Le self-love c’est quoi et comment je l’ai découvert ?

Le self-love est un mot anglais qui veut tout simplement dire « amour de soi ». J’aime beaucoup les définitions, mais étant une meuf plutôt réelle, je préfère savoir par l’expérience directe.

Alors, moi aussi j’entendais parler de self-love de façon théorique, mais dans la pratique ça donnait quoi ?

Bah, je l’ai compris le jour où j’ai réussi à m’asseoir sur une plage en étant complètement en paix avec ce que j’étais : mon corps, mon âme et mon esprit. C’est à ce moment que le self-love commence.

En fonction de son conditionnement culturel, on peut avoir plus ou moins de difficulté à assumer des choses positives et négatives à notre sujet. Par exemple, je suis une personne très extravertie, curieuse et j’adore vivre de nouvelles expériences. Sauf que, je suis une fille et dans mon conditionnement culturel (malgache et mahorais), c’est un peu compliqué d’avoir ces traits de caractère. Il est généralement attendu qu’une fille soit moins exubérante ou prenne moins de place.

C’est problématique…je sais. Bon comment on fait dans ce cas là ?

Ben on se cache plus ! De toute façon, ça vous demandera beaucoup trop d’énergie de vouloir être une chose que vous n’êtes pas. En tout cas pour ma part c’était suffocant au bout d’un moment. C’est pourquoi un jour j’ai voyagé ! C’est là que la libération et le chemin de l’acceptation ont commencé.

Ok DJEMS, mais tu ne nous dit toujours pas comment ça se passe dans la réalité ?

D’après mon expérience et tu feras la tienne, je te le souhaite. Il suffit d' »être », mais dans un monde qui ne l’apprend pas, comment faire ?

Tu vas devoir apprendre à faire une chose essentielle: t’écouter sans juger. Il y a 5 ans, si j’avais jugé ma voix qui me disait que j’allais arrêter de manger de la viande et vivre selon mes propres termes, je ne serai jamais ici à écrire cet article.

Cela a été un travail de confiance en soi de très longue haleine et la force de ne pas se laisser happer par le bruit des autres. La réalité est que les personnes qui nous entourent nous parlerons toujours depuis un espace où ils imaginent ce que nous sommes ou devons être. Et c’est normal, car nous ne montrons que cette part qu’ils veulent pour être aimé.

Sauf que ça ne sera jamais assez si cela ne part pas de nous. Surtout s’il s’agit d’obtenir des relations et rapports sincères avec les autres. Attention, la sincérité et l’honnêteté implique également d’avoir des personne qui risqueront de ne pas être d’accord avec ce que vous êtes, souvent cela s’opère sur une base totalement irrationnelle et il faudra y être préparé.e également.

Les tips pour un chemin vers le self-love

Je ne crois pas qu’il y a vraiment une recette magique, mais c’est un chemin propre à chacun et cela dure tout au long d’une vie. Cependant, il s’agit d’apprendre à rester à l’écoute de ses vrais besoins et non ceux que les autres attendent de nous, car ils peuvent être nombreux !

Pour démarrer voici ce que tu peux déjà faire :

  • Chaque jour, apprend à apprécier une chose que tu as fait pour quelqu’un, quelque chose que tu as réalisé ou tu peux tout simplement être reconnaissant.te pour la journée
  • Pratique autant que tu le peux la méditation. Attention, la méditation n’est pas toujours une personne assise en paix. La médiation est une activité que l’on pratique et qui nous amène à être totalement dans le moment présent. Cela peut être une marche en forêt, danser, dessiner ou autre, c’est à toi de savoir ce qui te convient !
  • Pratique l’art du toucher. S’aimer implique souvent d’être bien dans son corps, il ne s’agit pas qu’une question de poids, mais de ressenti. Pour cela, les câlins d’un être que tu aimes aimes (animaux compris), un massage ou même un auto-massage sont les bienvenus. Et tu peux aussi en donner ! 🙂
  • Mange de la nourriture qui te convient ! Oui, c’est important. Je ne dis pas que tout le monde doit être végétarien, mais reste à l’écoute de ce qui fait du bien à ton corps. Parfois j’ai des grosses envies de salade et bizarrement c’est parce que je n’ai pas mangé de façon très fraîche ces derniers jours ! Comme par hasard 🙂 Enfin, ce que je veux dire, c’est de ne pas forcément se mettre la pression, mais surtout pense à ton corps et à ce qu’il veut vraiment. Chocolat compris 🙂
  • Entoure-toi de personnes qui t’apprécient vraiment pour ce que tu es et qui saura apprécier le bienfait de ta compagnie dans son entourage également !
  • Celui-ci est le plus important, prends le temps de t’apprécier et de t’aimer. Regarde tes cheveux, tes yeux, tes vergetures si tu en as et d’autres parties que tu n’oses pas montrer et exprime l’appréciation profonde pour ton corps. Tu n’en as qu’un pour cette vie, il est à toi, il va te permettre d’accomplir les choses les plus justes pour toi !

Le mot de la fin

J’espère que cet article va te permettre de t’aimer un peu plus chaque jour, je sais que c’est difficile parfois d’éteindre cette voix négative à l’intérieur de nous qui nous empêche d’être, mais souviens-toi que ces voix négatives ne t’appartiennent pas. Elles sont souvent le résultat de tout ce que les gens ont pensé de toi par le passé ou la somme d’expériences négatives. Aujourd’hui et demain sont encore des opportunités de changer en commençant par te célébrer maintenant !

AVEC BEAUCOUP D’AMOUR ❤

D.H

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

Les 5 chansons qui m’ont marqué ces derniers mois

Je pense que vous le savez maintenant, J’ADORE LA MUSIQUE !

En vrai, je n’ai jamais vraiment eu de style, parce que je ne me suis jamais vraiment posée la question et j’ai toujours eu du mal à comprendre les puristes… Ouais, vous voyez ces personnes en soirée qui vous racontent l’histoire du blues depuis sa création, ses origines… BLA BLA BLA ! Et souvent cette personne est plutôt attirant avec un côté cool que j’aime bien… bon j’arrête de vous raconter n’importe quoi, j’ai un chéri en plus, il me tuerait 😉

Enfin, toute cette digression pour dire que pendant très longtemps, je culpabilisais beaucoup de ne pas savoir quel genre de musique j’aimais et ajoute à cela une grosse dose de timidité. J’étais tétanisée à l’idée de parler de la musique que j’aimais !

POURQUOI ?! WHAT THE HECK ?!

PAR PEUR DU JUGEMENT ! Oui, j’en ai peur.

Bah oui… parce que je n’étais pas une puriste trop cool moi, non ! non ! J’étais plutôt le genre à écouter des musiques qui chatouillent mon coeur, qui me font sentir quelque chose, qui me donnent envie de me dépasser. En gros, c’était quelque chose de purement émotionnel, rien de stylé, n’est-ce pas ?

Et bien j’avais tort ! En réalité, je crois l’essence de la musique c’est ça, faire ressentir des choses. Bien évidemment si l’on connait les origines, la vie et l’oeuvre de l’artiste c’est cool, mais ce n’est pas ce qui était vrai pour moi !

Aujourd’hui, j’assume fièrement que j’aime la musique UNIQUEMENT pour ce qu’elle suscite en nous et c’est son but ultime à mon sens.

C’est pourquoi, j’ai voulu partager avec vous les 5 chansons qui m’ont touché ces derniers mois afin que tu puisses aussi de ton côté vibrer !

Cet article est également l’occasion de partager avec vous des sons, artistes qui ont marqué vos vies, votre âme, TOUT ! N’hésitez pas à partager surtout !

1. Sampa The Great – Energy

Sampa The Great feat Nadeem Din-Gabisi – Energy

Sampa The Great est selon moi l’artiste qui m’a marqué cette année et plus particulièrement cette chanson qui m’a accompagné dans mes premiers pas vers mon « énergie féminine » surtout ici à Mayotte, car elle s’exprime très différement. Cette chanson rappelle nous amène dans des espaces très sensuels, féminins et « rooted » d’une façon tellement naturelle. Je ne pouvais que la partager avec vous et je vous invite également à découvrir l’univers de cette jeune artiste !

2. LOLO – I don’t wanna have to lie

LOLO – I don’t wanna have to lie

LOLO est la chanteuse que l’on écoute lorsque l’on est traversée par la mélancolie, la tristesse pure et que l’on souhaite avoir une compagnie pour passer ce moment. Elle ne nous accompagne pas pour nous remonter le moral, mais plutôt pour vivre les émotions humaines parfois très dures à traverser. Cette chanson, « I don’t wanna have to lie » m’a vraiment touchée, car nous avons souvent peur de parler de nos émotions et mettons des masques pour ne pas dire ce que nous ressentons, car nous avons peur du regard des autres alors que parfois nous sommes complètement détruits et avons besoin d’exprimer ces choses. LOLO nous accompagne à vivre cela et c’est en cela que je la trouve puissante !

3. Alicia Keys – Pawn it all

Alicia Keys – Pawn it all

Alicia ! Bien sûr ! Incontournable, je sais, mais à travers ce titre et cet album d’ailleurs, j’ai découvert quelque chose de très pur et puissant ! Cette chanson plus particulièrement m’a invité à trouver la force de « transcender la réalité » et oser se relever, se réinventer et croire encore que c’est possible ! « Pawn it all » est pour moi la chanson du courage portée par le divin que l’on retrouve grâce au côté « gospel » de ce titre.

4. Yemi Alade – Bum Bum

Yemi Alade – Bum Bum

Yemi Alade est une artiste que j’ai appris à apprécier, elle ne faisait pas vraiment des artistes que j’écoutais, mais je dois reconnaitre qu’elle a quelque chose que je respecte vraiment : MAN SHE IS BOLD ! C’est de l’énergie libre et j’aime beaucoup le fait qu’elle soit une femme qui assume complètement ses courbes, son corps, le maquillage elle y va à fond et on s’en fout ! On s’éclate ! C’est ce que j’aime le plus à travers ce titre, j’ai dû l’écouter en boucle pendant 2 mois ! T’es pas obligée de faire pareil, mais en cas de besoin de pep’s, cette chanson est terrible !

Gloria Gaynor – I am what I am

Gloria Gaynor – I am what I am

Un petit saut dans le temps pour cette chanson que je trouve tout simplement être un hymne à la liberté et à la vie : « life is not worth a damn until you can say I am what I am ». Franchement, c’est trop vrai ! Cette chanson est une véritable invitation à la célébration ! Elle donne envie d’oublier toutes les idées reçues, les bourrelets, les commentaires négatifs et juste se dire « fuck it ! I am great, je me célèbre »

Bonne écoute ! ❤

D.H

Maoré Folk : Eirini, quand la Grèce tombe sous le charme de Mayotte !

C’est dans son salon de thé préféré, Grains de sucre que je l’ai retrouvée pour échanger sur Mayotte, je suis partie à la découverte de cette femme grecque simple et gourmande 😉

D’où viens-tu ? Quelle est ton histoire ? 

Je viens de Grèce. J’ai étudié le droit en France et l’opportunité d’un premier emploi m’a amené à Mayotte après mes études.

Décris ce que tu aimes à propos de Mayotte ? 

La solidarité et l’entraide entre les gens.

Ce sont des choses en cours de disparition dans les pays où j’ai vécu (la Grèce, la France). Le manque de matérialisme fait que l’on se focalise sur les relations humaines et il y a un investissement collectif fort pour faire avancer l’île.

La meilleure plage de Mayotte ? 

Je n’ai pas encore trop fait le tour de toutes les plages même si ça fait 3 ans que je suis là (rires). Mais je trouve que toute les plages sont belles ! 

En fait, je trouve toutes les plages belles, mais en général j’y vais plus pour les amis, l’atmoshpère, le bruit des vagues. 

Après comme une bonne grecque qui aime la proximité et la facilité, je finis très souvent au Sakouli, surtout au O’lolo où j’adore prendre un petit déjeuner (rires) ! 

Ton plat préféré à Mayotte ?

M-A-T-A-B-A ! (rires)

Le meilleur « brochetti » de Mayotte ?

Je pense que je suis jamais déçue par MEVA de Majicavo !

Ton fruit de Mayotte préféré ? 

Le Jacques. On dirait des bonbons Haribo sans gélatine de porc !

Ton lieu pour préféré pour manger à Mayotte? 

J’ai un top 3 ! (rires)

1- Meilleur rapport qualité/prix : chez Ma 

2- Naïma pour l’amour porté dans les plats ! 

3- Graines de sésame parce que c’est minuscule, tu peux manger des plats avec des ingrédients locaux et j’ai surtout une préférence pour les salades ! 

Quel est ton endroit préféré à Mayotte ? Pourquoi ?

Le salon de thé Grains de sucre.

C’est peut être contradictoire avec le fait qu’il ne faille pas chercher le côté métropolitain. Mais j’aime beaucoup l’énergie que dégage ce lieu et mon côté grec me pousse souvent à aimer son côté « cozy ». 

En Grèce nous aimons beaucoup les cafés, c’est un moment pour parler pendant des heures et Grains de sucre me permet de retrouver un peu de Grèce à Mayotte !

Un souvenir que des amis doivent ramener avant de partir de Mayotte ? 

Profiter des relations humaines que Mayotte offre et la confiance entre les êtres humains. 

C’est une chose que l’on ne peut retrouver nulle part. 

Ton quartier/endroit préféré ? Pourquoi ? 

CAVANI ! Parce que je suis investie au niveau du basket, j’aime beaucoup les gens, je me sens accueillie, j’ai l’impression d’appartenir à quelque chose et j’aime beaucoup l’énergie que ça dégage. 

Un conseil pour une personne qui vient à Mayotte ?

Essayez de découvrir Mayotte sous l’angle local et pas sous l’angle métropolitain. 

On ne vient pas à Mayotte pour trouver le confort de la métropole, on risque de passer à côté des belles choses que Mayotte peut nous offrir. 

Toute l’originalité de Mayotte vient des gens d’ici et il ne faut pas chercher à instaurer son confort de métropole, on risque de passer à côté de beaucoup de choses !

Un dernier truc à partager ? 

Ne lisez surtout pas ce qui est écrit sur internet à propos de Mayotte !

Sur la route du taxi brousse à Madagascar

Il est 3h15 du matin, le taxi brousse qui nous mène vers Nosy Bé heurte un trou béant sur la route. Ma douce berceuse s’arrête et nous sommes dans l’obligation de descendre.
J’avoue qu’au départ, je ne suis pas friande, mais il semblerait que la roue soit touchée. Je me rends, je descends.
Une chanson de JB est en fond musical. Je sens la nostalgie me gagner.

Je regarde le ciel, un magnifique drap de voie lactée se dévoile à moi. Nous sommes au milieu de nulle part, je n’ai pas peur, au contraire. Je suis touchée par autant de beauté.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti l’apaisement qu’apporte le silence de la nature.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris le temps de regarder, de contempler le ciel et voir tout l’amour qu’il nous donne à chaque instant.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas osé me laisser aller. Il n’y avait plus de peur à ce moment là. Il n’y a que le moment. C’est tout.

Vous imaginez bien que la roue a été réparée et que ce spectacle de la vie a bien pris fin et heureusement !

Écrire depuis un espace vrai

Aujourd’hui je t’écris depuis un espace qui est loin de ce moment, mais je sais qu’il restera à jamais imprimé à l’intérieur de moi. J’ai été trop longtemps absente de moi-même et je sais que ça t’arrive souvent de ressentir ce vide béant que tu n’arrives plus à remplir. Cette absence a été ressentie et j’avais peur de l’exprimer, alors qu’il ne s’agissait qu’une part d’ombre en moi qui demandait de la lumière. Cette part d’ombre était une âme en peine, qui souhaitait avoir de la nourriture, des biens métaphysique dans sa vie. Tu sais, ces choses « immatériello-spirituelles » souvent spoliées par nous, les êtres humains.
Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit depuis un espace de vérité et c’est pour cela que je n’écrivais plus, que je ne partageais plus. En vrai, au fond du fond comme on dit dans un langage pas très correct, mais parfois plus adapté: je flippais grave !

Depuis que j’ai deménagé, la peur est omniprésente. Ce qui est tout à fait paradoxal alors que je suis chez moi. Oui, je vais oser me la jouer « je ne trouve pas ma place, je suis ni d’ici ni de là-bas ». Tu sais pourquoi ? Bah parce que c’est vrai ! Ce qui est vrai, réel n’est pas toujours spécial, je remarque bien souvent que ce sont des choses très basiques. Nous avons tendance à l’oublier dans cette course effrénée de notre société qui tend vers l’appauvrissement de notre âme, notre monde intérieur: notre seule vérité, notre véritable GPS dans le chaos.

Vivre son essence véritable

Ce moment unique dans ce taxi brousse m’a renvoyé à cela, à mon essence véritable, car pendant l’espace d’un instant, j’ai vécu. Je ne veux pas dire qu’il faut à présent vivre que des moments aussi intenses, aussi beaux, car je crois qu’il serait vain et naïf de le croire. Il s’agit plutôt ici de mettre les parts d’ombre en lumière à chaque fois que nous ne ressentons plus la jouissance. Il s’agit de ce mouvement de l’intérieur vers l’extérieur et non une tentative de vouloir anesthésier son esprit dans une quête de l’extérieur vers l’intérieur.

Vivre c’est accepter que la peur est en nous, nous ne sommes pas parfaits et c’est très bien. Cela apprend l’humilité et permet d’évoluer vers ce que nous sommes vraiment.

Cela nous apprend à être moins dur envers nous-même et d’oser ressentir l’amour dans les moments de solitude.

Je n’aurais jamais imaginé qu’un trajet en taxi brousse sur une route aussi mauvaise puisse m’éclairer sur des parts de moi-même. Comme quoi, la conscience de soi n’est pas toujours accessible à travers un tapis de méditation.

Pour celles et ceux qui veulent découvrir l’atmosphère du moment et découvrir Dr.JB, artiste malgache reconnu !

Avec beaucoup d’amour ❤

D.H

Ma perle du Kenya : LAMU !

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

Cet article a été très difficile a écrire pour moi, car cet endroit me sera très difficile à détailler et expliquer. Je crois que ce lieu est vraiment à l’appréciation de chacun… Du coup, je me suis dit que j’allais sans doute vous rapporter les 3 choses qui ont rendu mon expérience inoubliable !

1- La maison d’Umra

Je ne savais pas que j’avais réservé la maison d’une philanthrope connue dans la région et je ne savais surtout pas que j’avais réservé la plus belle suite de la maison ! M’bon… mon voyage a bien commencé on va dire !

Je voulais un coin plutôt reculé et la maison d’Umra a su répondre à ce besoin. Elle se situe à Shela dans les dunes les plus hautes de l’île et il y règne un silence majestueux. La maison se compose d’une maison principale, de huttes et d’une école pour les enfants de Shela.

Il y a des animaux dans la maison (1 chien et deux chats) qui sont adorables et le petit déjeuner était inclus. Le déjeuner et le diner pouvaient être cuisinés par le personnel de la maison si besoin.

J’ai passé beaucoup de temps avec le propriétaire de la maison qui m’a fait visité la zone et m’a fait rencontré des personnes formidables. Parfois, le soir j’allais me balader dans les ruelles et je me sentais complètement en sécurité, c’est vraiment le point positif de cet endroit.

2- La ferme bio de Sumeia

Les expériences Airbnb ont eu une bonne réputation pendant ce voyage ! C’est grâce à ça que j’ai pu visiter la ferme bio de Sumeia !

C’est une ferme située à l’intérieur des terres de Shela au milieu de champs de cocotier et de sable blanc.

C’est une ferme qui a pour objectif de mettre en valeur les produits locaux comme le moringa, le loofah, diverses plantes médicinales et des épices. Les visites ont souvent lieu le dimanche et il faut s’y rendre assez tôt pour profiter au maximum.

J’ai beaucoup aimé cette visite, car c’était l’occasion de découvrir une activité portée par des femmes locales et de voir comment les produits sont réalisés. Cette activité permet à 23 personnes d’avoir une activité économique continue et j’ai trouvé ça honorable surtout que tous les produits sont réalisés à la main.

Lorsque la visite arrive à sa fin, on a droit à une dégustation et j’ai pu goûter un pesto de tomate et des feuilles de moringa sautées à l’ail. En complément de ce petit plat j’ai pu boire un thé au « tapakizi » (plante médicinale locale).

Cette journée a été une des plus reposantes et enrichissante, car j’ai amélioré mes connaissances des plantes médicinales et des épices.

3- Se laisser porter par l’énergie Lamu

Lorsque l’on est à Lamu, le plus important est de se laisser porter, c’est ce qui permet une connexion forte à cet endroit.

Vraiment. Prendre le temps de ressentir l’énergie presque cosmique du lieu est une activité en soi. On peut marcher pendant des heures au bord de la mer et regarder les dunes de sable nous raconter son histoire.

On peut se lever tôt le matin pour méditer et remercier pour le moment que l’on expérimente. On peut également prendre le temps de parler aux gens. En effet, comme il n’y a pas de voiture et que l’on est obligé de croiser le regard de l’autre, au bout de quelques jours, un lien se crée et parler aux gens devient une activité à part entière. On ne s’en rend pas toujours compte, mais dans la vie quotidienne, nous oublions souvent de prendre le temps de regarder les gens, de parler, d’échanger, ça nous fait du bien et ça nous ancre !

Ensuite, on peut prendre un bateau pour visiter la mangrove au coucher du soleil, c’est une experience inoubliable.

Ce qu’il faut retenir de ce voyage à Lamu

Apprendre à apprécier le moment et vivre sur un rythme plus lent. Pour la boule d’énergie que je suis, il n’y a pas de meilleure leçon 😉

AVEC BEAUCOUP D’AMOUR

D.H

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

My kenyan pearl : LAMU !

ARTICLE IN FRENCH/ARTICLE EN FRANÇAIS

This article was very difficult for me to write as this place is very difficult to report. I believe Lamu is really and experience that has to be felt individually. So, I decided to tell you about the 3 things that made my experience unforgettable !

1- Umra’s House

I did not know that I had booked a house of a very well know person for her philantropic work in the region and also the best suite of the house ! We can say that my trip has started pretty well indeed !

I was looking for a quite remote space and Umra’s House was offering that need. It is located in the dunes of Shela and there reigns a majestic silence. The house is composed of one main house (Umra’s family house), huts and a school for kids.

There are pets in the house (1 dog and 2 cats) which are adorable ! The breakfast in included and lunch/dinner can be organized by the house helpers.

I have spent a lot of my time with the house owner who made me visit the area and we introduced me to wonderful people. Sometimes at night, I would go for a walk and felt completely safe. It is the most positive aspect of Shela, it is so safe !

2- Sumeia’s organic farm

Airbnb experiences during this trip really helped me out ! That is how I found out about Sumeia’s organic farm !

It is a farm located next to Shela in the midst of coconut trees and white sand.

The farm’s main objective is to highlight local products such as moringa, loofah, medicinal plants and spices. Sundays are visiting days, it is better to wake up early to the most out of it !

I loved my visit to this farm, it was an opportunity to discover a project held by mostly local women and see how products were made. On top of that, the project is able to sustain 23 jobs to create handmade products : I find that absolutely wonderful !

At the end of the visit, they offer you a tomato pesto with sautéed garlic moringa leaves. In addition to the food, you get to try a « tapakizi »beverage (local medicinal plant).

That day was the most delightful and rich day as I learned more about medicinal plants and spices.

3- Let yourself being carried away by Lamu’s energy

When you are in Lamu, the most important thing to me is to let yourself being carried away, it helps to connect the energy of the island.

Taking time to feel the almost cosmic energy of the area is already an activity in itself. You can walk for hours around the beach and look at the dunes to listen to its stories.

Also, you can go for an early meditation day to be thankful for what you are experiencing. You can take your time to talk to people. Since there is no cars in Lamu, you have to cross people’s look and after a couple of days, there must be a bond that is created, so talking to people becomes an activity too. We are not always aware of it but we tend to forget to talk to people, to share a moment, it makes us feel anchored and good !

Then, you can take a boat to see the mangrove at sunset : it is an unbelievable experience.

What needs to be remembered from Lamu ?

Apprendre à apprécier le moment et vivre sur un rythme plus lent. Pour la boule d’énergie que je suis, il n’y a pas de meilleure leçon 😉

Learning to appreciate each moment and live on a slower mode. For a person who is as energetic as me, there no better lesson to be remembered 😉

WITH LOVE

D.H

ARTICLE IN FRENCH/ARTICLE EN FRANÇAIS

Quand un street food tour change ta vision de Mombasa !

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

Je l’ai déjà dit dans ma vidéo, mais Mombasa a été la ville que j’ai le moins aimé pendant mon voyage au Kenya, mais je crois que cela est dû à une mauvaise expérience avec mon Airbnb et un taxi.

Cependant ! Cependant ! La nourriture m’a encore sauvée de cette malheureuse expérience grâce à un street food et la visite des ruelles colorées de Mombasa !

Je vous recommande de tester ce street food tour en compagnie de Waniala qui offre des expériences sur Airbnb ! J’ai réalisé cette expérience le jour de Noël, c’était une façon originale de le célébrer et je ne regrette pas !

Le Tour démarre dans le centre de Mombasa au « Tusks Monument » et s’est achevé sur la baie de Mama Ngina qui venait d’être inaugurée récemment !

Qu’est-ce que j’ai mangé pendant ce street food tour ?

Beaucoup de bonne choses !

Tout d’abord, si vous êtes végétarien(ne) comme moi (lacto-ovo vegetarien), ce tour est adapté pour vous, par contre pour les vegans… c’est un peu limite, mais vous pourrez toujours apprécier le moment.

Comme c’était Noël, Waniala m’a dit que beaucoup d’endroits étaient fermés, mais j’ai trouvé que c’était plutôt bien fourni et je me suis régalée !

Nous avons commencé par manger un snack swahili qui s’appelle « Viazi Karai » qui ressemble à des beignets de pomme de terre aux épices : C’était bien évidemment très bon !

Ensuite nous avons goûté des Bhajiya qui sont des beignets inspirés de la cuisine indienne, puis nous avons goûté une bouillie de maïs et des « Kaimati ». Le Kaimati est un petit gâteau sucré, il se rapproche beaucoup de « goulas » mahorais avec beaucoup plus de sucre ! C’est très calorique, mais très bon !

Viazi Karai

Au fil des ruelles, je découvre que la nourriture de Mombasa a beaucoup d’influence de l’Inde et d’Oman. Ce n’est pas très surprenant au regard de l’histoire de la zone, mais j’étais tout de même étonnée par une influence aussi forte. On retrouve aussi beaucoup de kebab le long des ruelles et des cafés.

Waniala, me fait tourner dans de nombreuses ruelles et m’amène dans la ruelle la plus importante de la ville, Bishara Street. Malheureusement, la ruelle était moins bruyante que d’habitude, mais on retrouve encore quelques boutiques ouvertes. Après avoir visité Bishara Street, Waniala nous arrête à l’intersection d’une rue pour siroter de l’eau de coco fraîche.

Pendant cet arrêt, j’observe le fonctionnement des Matatus (bus local) et je remarque qu’à Mombasa et eu Kenya de façon générale, tout est une question de signe. Dès qu’un Matatu croise mon regarder, il s’arrête en pensant que je veux monter avec lui ! ^^ J’ai trouvé cette anecdote très drôle et Waniala m’a expliqué qu’il ne fallait pas les regarder dans les yeux, car cela veut dire que l’on souhaite monter avec eux !

Après cette halte coco, nous nous rendons dans un parc pas très loin du centre et nous arrêtons pour siroter un peu de jus de canne à sucre ! Enfin, nous nous sommes rendus sur la baie de Mama Ngina pour déguster des chips de manioc tout chaud avec du « pili pili » (équivalent du piment).

La baie de Mama Ngina est un lieu très reposant et vivant, on y trouve de nombreux lieux où s’asseoir et apprécier la douce brise de l’Océan Indien.

Pourquoi j’ai adoré ce street food tour ?

  • Je l’ai adoré parce que c’est une belle façon de visiter la ville et de lier ce que j’adore : LA BOUFFE !
  • Une bonne façon de contribuer directement à l’économie locale. Waniala paye directement les personnes qui nous fournissent la nourriture.
  • C’est l’occasion d’être avec un local et de poser les questions auxquelles personne ne pourra vous répondre !

Si toi aussi tu souhaites réserver cette expérience un jour avec Waniala à Mombasa, tu peux la trouver ICI. 🙂

AVEC BEAUCOUP D’AMOUR

D.H

ARTICLE IN ENGLISH/ARTICLE EN ANGLAIS

When a street food tour changes your vision of Mombasa !

ARTICLE IN FRENCH/ARTICLE EN FRANÇAIS

I have already said it in my last youtube video, Mombasa was the last city I liked during my trip to Kenya. It is mostly due to a bad airbnb and taxi experience I had.

Yet ! Yet ! Food has saved my life again from that bad experience thanks to a street food tour experience in the colorful streets of mombasa !

I really recommend you to try this street food tour with Waniala on Airbnb ! I did it on Christmas day, it was an atypical way to celebrate and I do not regret at all !

The tour starts from Mombasa centre at Tusks monument and ends up at the Mama Ngina waterfront !

What did I eat during this street food tour ?

A lot of good things ! 🙂

First things first ! If you are a vegetarian like myself (lacto-ovo vegetarian), this tours is going to be very pleasant for you. However for vegans, you may not enjoy it that much even if you are going to have a few things to eat.

Also, as it was Christmas, most shops/stalls were closed but we were still able to enjoy a lot of good food !

We started with a small snack called « Viazi Karai » which is close to Irish potatoes but with a lot of spices and lemon : it was delicious !

Then, we had Bhajiya which are inspired from the indian cuisine (small salty donuts). We also had more sweet food such as a corn soup and « Kaimati ». Kaimati is a small sweet donut, it is very sweet but so good ! I think it was one of my favorite thing !

Viazi Karai

As we walked along the streets, I realized that food in Mombasa has a lot of influence from Oman and India. It actually make sense when you learn a little bit about Kenyan history, but it was still very impressive to me as I would not imagine it in a such a strong way. Also, there are a lot of cafés and kebab places as we walked.

Waniala walked me through many streets and stalls and we passed by the busiest street of Mombasa: Bishara Street. Unfortunately, the street was not as busy as usual but you could still find a few shops opened. After visiting that street, Waniala stopped us at a coconut water stall to enjoy a fresh coconut water ! I LOVED IT ! 🙂

As I was sipping my coconut water, I observed the « Matatus » (local buses) and I realized that in Mombasa and Kenya, everything is about signs. For example, as soon as a matatu driver meets your look, it stops because they believe you would like to get in with them. I found that very odd and funny ! ^^ I shared my observation with Waniala and he explained to me that we should not look at them in the eye indeed if we do not want to get in with them !

After that coconut stop, we went to a parc not too far from the city and stopped to sip a sugar cane juice ! Finally, we took a tuk tuk ride to Mama Ngina waterfront and enjoyd some hot cassava crips with spices.

Mama Ngina waterfront is a very alive and restful place, there are many spots to seat and enjoy the fresh breeze from the Indian Ocean.

Why I loved this street food tour ?

  • I loved it because I was able to both experience the city and food !
  • It is a good way to contribute to the local economy. Waniala pays people directly during the tour.
  • It is the opportunity to talk with a local and ask questions nobody can answer 😉

If you also want to experience this street food tour with Waniala in Mombasa, you can find it HERE. 🙂

WITH LOVE

D.H

ARTICLE IN FRENCH/ARTICLE EN FRANÇAIS